Petites notes sur Lev Vygotski, psychologue soviétique.




Lev Vygotski né en Biélorussie en 1896, mort à 37 ans est considéré comme le fondateur de la psychologie soviétique.

Les étudesde Vygotski se sont focalisés sur :

- Le rôle du langage sur le comportement humain.

- Le rôle du langage dans le développement mental de l’enfant.

- L’origine et le développement des fonctions mentales supérieures.

- La philosophie de la science.

- Les méthodologies de l’étude psychologique.

- La psychologie de l'art.

- Le jeu compris comme un phénomène psychologique.

- L’étude des troubles de l’apprentissage et le développement humain anormal.

Il a introduit la notion du développement intellectuel des enfants comme une fonction de groupe humain et non comme un processus individuel et a théorisé la conception historique et culturelle du psychisme.

Les contributions de Vygotski sont un apport majeur dans la compréhension du développement de l’enfant et notamment dans le constructivisme social de la sociologie contemporaine

Les phénomènes sociaux sont « construits » (en tant que comportement conscient de la société), institutionnalisés puis transformés en traditions, en s'interrogeant sur la manière dont les institutions construisent la réalité. )

Vygotski a également élaboré la théorie des fonctions psychiques supérieures conçue comme une histoire sociale ou les transmissions ne sont pas uniquement héréditaires mais aussi culturelles.

L’apprentissage consiste en une appropriation des outils psychologiques (le langage étant l’outils fondamental) que l’enfant trouve dans son environnement, l’intelligence se développant grâce à l’intériorisation d’activités pratiques en activités mentales de plus en plus complexes et au langage permettant de créer des concepts.


Vygotski et Pavlov

Opposé à Pavlov et sa compréhension trop « zoologique » par des réponses innées ou acquises/conditionnées pour les animaux face aux spécificités de la psychologie humaine, Vygotski considère que les processus cognitifs de type biologique sont remplacés chez l’être humain par une activité sociale qui est la base de la pensée consciente et du développement des fonctions mentales supérieures



Vygotski et Piaget

D’abord en accord avec Piaget sur l’enfant, apprenant actif, modifiant sa compréhension selon l’environnement ambiant,, il s’en éloigne rapidement :

Pour Piaget le développement précède l’apprentissage qui est une exploration autonome selon des étapes de développement universelles, pour Vygotski c’est l’apprentissage social qui précède le développement, c’est un effort de coopération lorsque l’enfant est aidé (Zone Proximale) avec toutes les interactions sociales au travers de la langue et de la culture.

Vygotski et Freud

Il reprend le concept d’inconscient et la pulsion de mort de Freud , pour Vygotski cette « attirance paradoxale de la mort » est l’une des clés de la vie psychologique. « La négation de la vie est contenue dans la vie elle-même »

Vygotski, Luria et Leontiev : les architectes d'une éducation révolutionnaire

Dans la lutte contre l’analphabétisme et pour contribuer à la défectologie (de la surdité au retard mental), Vygotski travaille à l’Institut de psychologie de Moscou avec Alexandre Luria et Leontiev en reformulant la psychologie sur des bases marxistes en partant du constat de l’éducation actuelle :

- L’éducation actuelle fournit de la main-d’oeuvre aux besoins du marché et crée une division du travail

- Pauvreté de la communication élèves/enseignants

- Sujets passifs

- Communication unidirectionnelle

- Transmission des connaissances sans remise en questions

… Et de ce constat aller vers une éducation révolutionnaire par une éducation constructive (les élèves construisent leurs connaissances), les salles de classes permettant et encourageant le débat et la communication des connaissances remplacée par la construction de l’apprentissage (entrer en médiation, apprendre à apprendre ...)


En ce sens, l’apprentissage actif augmente la qualité de l’éducation.


Théorie socio-culturelle du développement cognitif de Vygotski

L’interaction sociale joue un rôle fondamental dans le développement de la cognition (ensemble des processus mentaux qui se rapportent à la fonction de connaissance et mettant en jeu la mémoire, le langage, le raisonnement, l’apprentissage, l’intelligence, la résolution de problèmes, la prise de décision, la perception ou l’attention)

l’apprentissage est un aspect nécessaire et universel du processus de développement culturellement organisé en utilisant les outils d’adaptation intellectuelle qu’offrent chaque culture.

Et en ce sens l’apprentissage social précède le développement.

Vygotski (comme Jean Piaget) pense que les enfants naissent avec les fonctions mentales élémentaires nécessaires pour le développement intellectuel (l’attention, la sensation, la perception et la mémoire), mais à la différence de Piaget, Vygotsky considère que le déroulé du développement intellectuel n’est pas universel et dépend de chaque culture.


La Zone Proximale de Développement et la médiation sémiotique.

Zone proximale de développement : Concept créé par Vygotski,  c’est l’espace entre ce que l’enfant peut réaliser lui-même et avec l’aide d’une personne plus expérimentée.

L’intérêt de ce concept est d’orienter le travail du pédagogue en poursuivant le développement par des apprentissages adaptés selon le niveau de maturité

.Autre intérêt , les différences entre les élèves ne sont pas forcément dues aux différences dans les acquis mais tiennent à la marge de progression de chacun.

Cette notion de Zone Proximale peut s’étendre à tout développement potentiel, tout ce que nous sommes capables de faire avec de l’aide.

Débattre, par exemple, permet d'entrer dans cet espace.


La médiation sémiotique est le rapport qu'il peut y avoir entre la pensée et ses opérations d'une part et les signes externes analogiques et digitaux de la culture d'autre part

Un signe est toujours créé et utilisé dans un but social, le signe est analogue à l’outil, il agit sur et avec les autres, et sur soi-même.

Médiation sémiotique et zone proximale permettent le passage de l’activité individuelle à l’activité sociale puis il y a retour de l’activité sociale à l’activité individuelle (intériorisation)


Apprentissage et développement

Au travers de la théorie de la zone proximale l’apprentissage est lié au développement cognitif de l’individu.

Le développement cognitif influence l’apprentissage et réciproquement dans un cycle développement/apprentissage/développement

Vygotski considère deux types de développement en interaction dialectique :

- 1/ Développement des fonctions élémentaires d’origine biologique

La mémoire, la perception et l’intelligence pratique (en continuité avec l’intelligence animale).

Le développement se fait en réponse aux stimulations de l’environnement.

- 2/ Développement des fonctions mentales supérieures d’origine sociale

Par l’acquisition du langage et des signes sociaux ainsi que des fonctions mentales supérieures (attention volontaire, généralisation, abstraction).

Le développement se fait par la médiation, la pensée consciente et abstraction de l’environnement immédiat.

Cette médiation est faite d’outils de pensée élaborés socialement, d’abord comme une activité externe puis reconstruite de façon interne par l’individu.

« Chaque fonction apparaît deux fois dans le développement culturel de l’enfant , d’abord au niveau social, et, ensuite, au niveau individuel ; premièrement entre les personnes (niveau interpsychologique), et puis dans l’enfant (niveau intrapsychologique). Ceci s’applique de la même façon à l’attention volontaire, à la mémoire logique et à la formation des concepts. Toutes les fonctions supérieures tirent leur source de relations réelles entre êtres humains individuels »

Vygotski distingue deux types principaux de mémoire, la mémoire naturelle et la mémoire culturelle.


La mémoire naturelle, Les stimuli externes, la perception et le vécu immédiat, qui évolue en mémoire culturelle basée sur des moyens cognitifs auxiliaires (association mots/images, utilisation de signes) et fabrication d’outils mnémoniques internes (faire un nœud à son mouchoir, utilisation des images comme aide-mémoire).


Psychologie de l’art, art-thérapie

Pour Vygotski, le plus haut degré de civilité est l’expression de l’art et de la culture (Thèse de doctorat sur la psychologie de l’art).

Domaine de la psychologie, la psychologie de l’art concerne la création et l’appréciation artistique d’un point de vue psychologique impliquant des fonctions de base, perception, émotion, mémoire et les fonctions supérieures de la pensée et du langage.

Cette discipline essaie de développer des théories de l’activité créative et de la perception.

Domaine touchant bien plus que l’art, psychobiologie, psychologie évolutionniste, psychopathologie, philosophie (compréhension de l’esthétique) incluent l’art.

La production créative peut servir de médiateur dans la relation thérapeutique

L’aspect essentiel de l’art est inconscient (Ce n’est pas un besoin primaire ou physiologique) mais pas non plus de l’inconscient onirique.

L’art pour Vygotski est une méthode de connaissance de soi à un niveau sub-conscient.

L'art transforme notre inconscient en des formes sociales »


Alain Charreyron

Iconographie : ©Viera da Silva


Toute l’oeuvre de Vigotski a été produite en quelques années, atteint de tuberculose à 19 ans, il savait que sa vie serait courte… Mort à 38 ans, il aura néanmoins écrit 180 ouvrages dont à peine 80 ont été publiés.

Après avoir été le pionnier fondateur de la psychologie soviétique, mis à l’écart sous Staline, non publié, non traduit et tombé dans l’oubli en URSS, ce n’est qu’en 1954, 20 ans après sa mort qu’il a commencé à être considéré pour ses apports en psychologie, grace à Luria et Léontiev en URSS et la traduction et diffusion de quelques unes de ses œuvres notamment dans les pays anglo-saxons.

Connu depuis les années 60 par la notion de développement intellectuel de l’enfant comme une fonction des groupes humains plutôt que comme un processus individuel et reprise de ses idées par les tenants du constructivisme social, il est considéré comme l’un des psychologues les plus influents du XXe siècle.

Par l’abord socio-culturel du développement, l’origine sociale des processus mentaux, les outils méthodologiques éducatifs, Vigotski est un des précurseurs du concept de transfert social et de valeurs (Dr H. Hubert)

Conscience, langage et pensée s’élaborent du social à l’individu, (« la pensée humaine vit dans un rapport social ») et les aléas de cette construction sont au centre de ce qu’interroge la psychanalyse sociale dans la souffrance humaine, cette « souffrance du social dans le mental ».

« Nous deviendrons nous-mêmes au travers des autres »





Archive
Focus
Posts récents
Search By Tags
Nous Suivre
  • Facebook Basic Square