14.07.2018

Au commencement était l’image qui donne signification au bruit qui résonne dans le corps.

Le regard du spectateur capte un mouvement vertical descendant de la caméra qui montre des yeux, un nez, une bouche, pour former un visage. Une voix qui dit « Mama » faisant matrice d’un message universel, fabrique d’un drame humain dans la souffrance des pleurs qui viennent du corps.

Il se montre ainsi très vite ce qui caractérise tout être humain : un nouage matériel entre les mots, les images et les sensations du corps, nouage matériel qui est au fondement de l’identité.

Le film débute ainsi et prend la forme d’un journal intime filmé devant une caméra. Cette caméra devient l’instrument qui initie aux jeux de miroirs entre Phong - divisé en deux jusque dans la signification sociale de son prénom...

Docteur Hubert, pourriez-vous exprimer quelques liens qui vous paraissent probants entre : transidentité et psychanalyse aujourd’hui en 2017. Dit autrement, en quoi la psychanalyse a-t-elle fait avancer les réflexions sur la transidentité, ou, en quoi la transidentié a-t-elle fait avancer la psychanalyse ?
 Je pense que les courants dominants psychanalytiques ont apporté sur la question transidentitaire un rejet meurtrier. Le hasard – ou ses apparences – m’ont fait rencontrer les questions portées par les personnes transidentitaires il y a plus de 20 ans. Cela était pour moi un phénomène énigmatique. Lacanien à l’époque, j’ignorais tout du dogmatisme effréné de Lacan sur cette question. Je me suis laissé enseigné en écoutant sans préjugé les premières personnes qui m’ont très bien expliqué...

Please reload

Arrêt Sur Post

Critique de la religion psychanalytique classique : critique de l’inconscient

May 13, 2020

1/1
Please reload

Posts Récents

April 16, 2020

Please reload

Archive